AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un souvenir frappe à la porte... et ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucrezia Di Giovanni

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Partout et ailleurs

MessageSujet: Un souvenir frappe à la porte... et ?   Mar 19 Mar 2013 - 19:56

Venise avait fait sur elle des merveilles, mais elle avait perdu bon nombres d'amis en la quittant, c'était pour elle un déchirement que de vivre loin de ceux qui l'avaient recueillie si longtemps ! Après son périple avec le brigand sauveteur, son épisode de vilaine des bois, et bien d'autres méfaits qui lui rapportèrent bien moins qu'elle ne s'était engagée à prendre, elle avait rejoint cette presqu'île, au service d'un souverain pour garder l'entrée de ses portes, sortie vainqueur d'un assaut imposant, elle avait eut les éloges des serviteurs de celui qui portait la couronne !

Mais perdue par l'absence de celui qu'elle avait là bas aimé, elle décida de revenir fouler le sol de la France, baignée entre amertume et nostalgie d'une vie oubliée ! Non qu'elle en avait gardé rancune, mais celui qu'elle pensait être son aimé, avait quitté la terre promise et sa destinée, laissant la louve endeuillée, de son absence et de son âme !

Sur le chemin du retour, elle avait traversé bon nombre de villes qui semblaient lui parler, et pourtant muettes, elles restaient aussi sans lui dire ce qu'elles auraient pu lui rappeler... Si la belle avait cape et épée, ce n'était pas qu'elle fut de noble lignée, mais en terres de la Sérénissime, le titre de Chevalier lui fut attribué, pour avoir sauvé la ville au nom de la cause, et aussi pour se faire oublier de cette brigande qu'elle avait été, elle se trouva un nouveau nom pour l'occasion !

Lorsque Thoros avait fait d'elle l'Angelynn qu'elle avait été, elle garda ce pseudonyme sans en changer durant des mois, et même plus d'une année ! Mais en terres vénitiennes, si louve elle avait été, elle ne pouvait ainsi se nommer, l'épée à la main et le cœur vaillant, elle se laissa offrir celui de Jean... en italien " Giovanni " Un titre quelque peu volé, mais qui lui permis d'avancer sans blessures.

Une monture bien vite achetée, avait emmené la belle jusqu'ici, car en chemin, on l'avait informée que la Comtesse cherchait une épée, peu importe le bras qui la tient, pourvu qu'elle sache la protéger et pour l'heure, Lucrezia avait besoin d'écus, prête à offrir ses services contre quelque emploi, que ce soit à la tâche ou encore sur le champ pour une bataille !

Les grilles étaient fermées, mais le garde ne se fit pas prier en voyant les armoiries vénitiennes, et la brune encapuchonnée, se présenta devant les grandes portes forgées :


Bonjour... J'aimerais rencontrer la Comtesse, voici un billet pour me faire recevoir, de la part d'un homme qui rendait l'âme et qui disait m'envoyer pour offrir mes services !

Installée à l'intérieur, elle resta assise à contempler les tapisseries et l'élégance du mobilier, à n'en pas douter, la Comtesse a du goût et surtout des biens de valeurs inestimables, sans doute refuserait elle de recevoir celle ci, il est vrai que sans la connaître, il est peu avantageux d'employer quelqu'un ! L'heure était à l'attente, et une fois entrée, on ne saurait la déloger !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giacomo di Casanova

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 10/03/2010

MessageSujet: Re: Un souvenir frappe à la porte... et ?   Mer 20 Mar 2013 - 16:32

Je ne m'étais pas rendu compte du temps qui s'était écoulé depuis la perte de mon amie et maîtresse, tout ce que je pouvais imaginer, c'était que quelqu'un pouvait l'avoir sauvée et qu'elle vivait heureuse, là, quelque part au dehors de ces grilles ! J'avais eu peu l'occasion de chercher à partir d'ici, la vie au château était restée la même, et j'e m'occupais des chevaux, plus que d'autre chose... je plantais et ramassais les plantes pour l'herboristerie, Vicky ne venait guère me voir, et s'il m'arrivais de rester dans les jupes de ma nouvelle patronne, alors qu'elle demandait à lui sceller sa monture, je vivais plutôt comme un reclus depuis quelques années déjà !

Ce jour là, je ne sais quelle force m'avait poussée à m'approcher de ce cavalier à peine arrivé, et celui que je prenais pour un homme, prenait l'allure en y regardant de plus près, d'une femme... et pas une simple roture, mais elle semblait avoir de la classe, quelque chose de spécial... mais quoi ? La capuche sur le visage me cachait son visage, il y avait bien longtemps que je n'avais prétendu voir plus de cette gente, que ce que l'on voulait bien me dévoiler !

Je récupérais le destrier pour l'harnacher aux écuries et je revenais emprunt de curiosité pour voir cette mystérieuse jeune femme... Sa voix m'était familière, elle demandait la Comtesse en présentant un vélin de recommandation, alors installée sur l'un des sièges de l'entrée, je m'amusais par la fenêtre, à la contempler comme si je voulais découvrir quelque chose d'elle, qui venait étrangement m'interpeler !

La brune faisait tomber sa capuche, et son foulard venait se baisser, je ne pu que retenir mon souffle, et tenter ensuite de le récupérer, en découvrant ce minois qui avait tant changé et que je croyais ne plus jamais retrouver ! J'entrais dans le hall, mon pas était pressé, j'en avais même poussé le serviteur qui s'occupait de l'accueil et je restais là figé, devant celle que dans mes bras je voulais serrer...

Mon sourire indélébile, lui était offert sans retenue, et mes yeux ne parvinrent pas à se détacher... Elle était enfin devant moi, et je n'arrivais même plus à parler... Je l'attrape par les épaules et je la serre contre moi, comme une sœur que je venais de déterrer, heureux comme un enfant, mes yeux baignés de larmes, la gorge étranglée, je lui laissait à peine le temps de réagir, imposant ma seule et unique volonté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucrezia Di Giovanni

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Partout et ailleurs

MessageSujet: Re: Un souvenir frappe à la porte... et ?   Mer 20 Mar 2013 - 16:53

Epiée, elle se sentait honteusement épiée, et sa main se posait sur le pommeau de son griffon qui était logé dans le fourreau cousu à l'intérieur de sa cuissarde, un endroit bien discret, et accessible pour se défendre sans effort ! Elle avait toujours su se servir de cette arme, même si elle ne se souvenait pas en avoir apprit les secret ! Cette impression, venait lentement à se confirmer, et une fenêtre plus loin, un homme vêtu comme un serviteur, et à l'allure d'un seigneur, contemplait celle qui venait à peine d'arriver... Ses manières la dérangeaient, il ne cessait de la fixer à un point que cela en devenait indécent, jusqu'à ce qu'enfin, de ses pas pressés, il entra dans ce hall et se figea devant elle, les yeux brillants et sans parler, comme s'il allait quelque chose lui faire ; elle ne s'y trompa guère, il la saisit par les épaules avec fermeté, la soulevant sans grâce de son fauteuil et l'enserra dans ses bras jusqu'à presque l'étouffer !

Dague divine occupant le cuir de sa haute botte, elle avait saisit de ses doigts et alors qu'il exerçait sur elle, son étreinte, elle glissa discrètement sa lame à sa gorge sous son menton... celui ci aux gestes trop familiers à son goût, devait se sentir peu rassuré que le froid de la lame vienne entacher son élan fraternel ou amoureux, mais elle n'avait jamais songé que sans se connaître de prétendant, celui ci vienne de manière fort singulière, l'enlacer, sans l'autorisation de la belle pour ce faire !!! Quand à se demander ce qui l'avait poussé à venir la soulever de son séant, sans que présentation ne fut faite, elle en restait encore à se le demander ! Cependant, elle en avait tué pour bien moins que cela, et depuis aussi loin qu'elle s'en souvienne, personne n'avait cherché à agir de la sorte, sans auparavant, le lui avoir demandé !!

Sa voix se fit aussi froide que son regard en était noir, repoussant l'assaillant du seul pouvoir de sa lame, il s'en faudrait de peu, pour que celle ci le tranche, et que comme un porc, elle le fasse saigner ! La folie aurait elle ici fait son oeuvre ? Déjà elle se demandait où elle était tombée, et puis s'imaginant que les hôtes comme lui devaient êtres, envisager fermement, ce lieu à quitter ! Partir sans attendre, pour éviter le pire, ou attendre et se plaindre auprès des nobles souverains, qui d'une sévère main, puniraient l'affront du félon qui avait osé la toucher sans être présenté !


Reculez messire... Pour qui me prenez vous ? Expliquez donc votre geste, qui se veut à mes yeux comme un affront ! Ma lame en a pourfendu moins bien moindre cause, j'ai saigné des porcs pour m'avoir seulement regardée, et vous... vous osez m'étreindre ?

La noirceur de son regard était faite pour dominer, déjà rien qu'en cela elle lui faisait front, prête à enfoncer, dans sa gorge la lame, et le laisser saigner au sol comme un cochon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giacomo di Casanova

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 10/03/2010

MessageSujet: Re: Un souvenir frappe à la porte... et ?   Mer 20 Mar 2013 - 17:04

Elle ne se débattait pas, un geste délicat remontait vers ma gorge, je m'imaginais déjà qu'elle m'avait reconnu, et quand à celle ci, je sentis le froid, celui de la lame qui me voulait saigner, je restais muet et les yeux écarquillés, perdu comme jamais, un enfant sans sa mère ! ou bien, pour l'heure, un frère sans sa sœur et à qui on vidait de son sang !! Que se passait il ? je l'ai regardé longtemps, tout comme je l'avais fait avant de l'étreindre !! Je ne comprenais rien, reculant et obéissant à celle que je connaissait savoir se battre, autant avec l'épée, que sa seule dague, ainsi que de ses poings qui ont testé la guerre, bravant tempêtes et froid pour l'honneur d'un pays, tout comme pour celui qui fut le sien ce celui de sa suzeraine !!

Je ne dit que peu de mots, j'espérais qu'elle saurait me reconnaitre, je n'osais m'effrayer, sachant qu'elle était mon amie, jamais au grand jamais, depuis que nous étions petits, elle n'avait pensé me pourfendre, nous nous aimions comme jamais amis n'auraient pu le faire, fraternellement !


Ati... Qu'est ce...

Ses yeux semblaient me tuer d'un seul regard, et je connaissais particulièrement celui ci, pour lui avoir vu l'offrir à quelques ennemis, j'avais cru qu'à moi, jamais elle ne le montrerait, et c'était mon cœur qui devant elle, à cet instant, saignait !

C'est moi !!! Ati... C'est moi... Giacomo !

Comment pouvait elle m'avoir oublié ? Cette seule pensée en était impossible, et impensable de mon côté ... il était évident que quelque chose s'était passé, cependant, tout en craignant le pire, j'étais heureux de l'avoir retrouvé !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucrezia Di Giovanni

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Partout et ailleurs

MessageSujet: Re: Un souvenir frappe à la porte... et ?   Mer 20 Mar 2013 - 17:24

Le voilà qui la nomme d'un nom qu'elle ne connaissait pas, et tout en reculant la regardait faire, insistant sur cet étonnement, et même en cet instant, il semblait sincère ! Ati ? Non, cette identité ne lui était pas familière, et le visage de son interlocuteur, ne lui était pas présent, dans aucun souvenir qui animait sa tête, ni même ses rêves souvent se chevauchants ! Un fois à bonne distance et surtout pour l'éviter, elle garda dans sa main, la dague qui les séparait, jusqu'à prendre cette fois, l'épée pour écarter plus encore cet espace, de manière assurée, elle le tint en respect, prenant à nouveau sa place sur le siège et prête à l'empaler si cela se devait, et s'amuser enfin d'en savoir d'avantage !

Je ne connais aucune Ati, et moins encore du nom qui est vôtre, sauf peut être ceux qui le portent en Italie et dont le visage peste à vous ressembler ! Seulement, et cela je peux le jurer, je ne connais, ni vous, ni l'autre ! Vous semblez sincère en ce que vous me parlez, mais je puis vous assurer que si je lui ressemble, je ne suis pas celle que vous croyez !

La belle contemple le serviteur, il n'est pas déplaisant à regarder, mais pour l'heure, il en va de son honneur, on embrasse pas une femme, surtout lorsqu'elle est chevalier, et qu'elle a la lame facile, l'idée serait de ne pas l'embrocher, enfin... pas tout de suite, car si elle est venue icelieu pour se mettre au service de la Comtesse, elle ne voudrait pas dans la même journée, la priver de l'un de ses serviteurs ! Eusse t-il reconnu en elle, une ombre de son passé !!! L'épée tenant la garde, elle l'invite à s'assoir, lever la tête pour le voir, l'indisposait, et à sa même hauteur, il serait plus vulnérable, au moins aussit, ses mains resteraient sages, il n'oserait plus, sur elle, les aventurer !

Cependant Giacomo, puisque tel est votre nom, j'aimerais sur elle, en connaitre d'avantage... Est elle domestique ? fille de joie ? Courtisane ?

Puis en prenant un air amusée, tout en se moquant de celui qui lui faisait presque face, elle ajouta :

Ou mieux encore... de la noblesse, et peut être même titrée ! ha ha

Elle riait en terminant la phrase, espérant que le serviteur qui était allé chercher la Comtese, revienne sous peu afin de cette folle histoire, être délivrée !

Laissez donc votre langue se délier, et je rangerais ensuite ma lame, à la condition extrême, qu'à votre place vous restiez... je n'ai pas pour habitude de me laisser prendre ainsi dans les bras des inconnus qui croivent me connaitre !

L'épée toujours vers lui, pointée, elle sourit en le voyant faire, même si il semblait persuadé, et que la peur ne lui était pas familière, comme si la certitude l'habitait, et qu'il la voulait informer de cette identité pouvant être la sienne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giacomo di Casanova

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 10/03/2010

MessageSujet: Re: Un souvenir frappe à la porte... et ?   Mer 20 Mar 2013 - 17:42

Impossible... cela était impossible ! Le visage était le même, le regard, la bouche, la voix même l'identifiait à la Dame, et elle se moquait pourtant en lui riant au nez, sur celle qu'il évoquait, sans réellement la nommer, un simple prénom coupé, qu'elle prenait pour une nigaude, ou pire encore, un rebu de la société, que le royaume aurait employé, une servante, ou tout autre chose... Que s'était il donc passé ? J'étais heureux de la revoir, et malheureux de la trouver, son esprit s'égare, elle semble avoir tout oublié, son passé, son titre et même leur amitié !!

Atirenna est une Dame... et la Comtesse ici, en est sa Suzeraine... Elle est médicastre, à l'hôtel Dieu une Doyenne, une mère sans enfant et une épouse fidèle, jusqu'à sa séparation d'avec un époux perfide ! Elle possédait ses terres, offertes par la Comtesse d'Artois son amie, dans son domaine de Lille, Dame de Verlinghem elle fut, jusqu'à sa disparition... Et elle était avant tout mon amie, elle m'avait sauvé d'une vie de souffrances, qu'à Venise dans le passé aurait su me tuer ! Condamné à fuir, elle m'avait sous son aile, recueillit à son service, pour masquer mon identité, je suis resté près d'elle, jusqu'à...

Je venais de me rendre compte que je parlais soudain d'elle au passé, mon regard cherchait le sol, ma gorge se serrait, comme si tout à coup, je venais de réaliser qu'elle pouvait être morte, et à jamais m'avoir quitté ! Je secouais la tête, comme pour me réveiller, le cauchemar était palpable, et en m'entendant je croyais ne pas m'être réveillé !

Madame, tout en vous me rappelle mon amie, tout en vous n'est que ressemblance, comment pourrais je croire qu'en réalité, je puisse vous regarder et vous croire une autre ?

Oui... cela me serait difficile de penser qu'elle n'était pas Ati, je ne parvenais pas même à croire que ce fut une farce, elle semblait sincère à se défendre ainsi !

Si vous n'êtes pas elle... permettez que je sache, que je puisse nommer... excusez mon empressement et ma familiarité de tout à l'heure, mais tout d'elle est frappant en vous... je suis perdu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucrezia Di Giovanni

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Partout et ailleurs

MessageSujet: Re: Un souvenir frappe à la porte... et ?   Mer 20 Mar 2013 - 17:58

Elle comprenait mieux ce qui venait de se passer, et lentement, au cours de son récit, la brune baissa la garde, refourrant son épée à sa place et cessant de rire tout en écoutant... Il lui faisait peine en jaugeant son histoire, comment avait elle disparut, qui était elle ? Que pouvait il donc s'être passé ? A Venise, on lui avait donné une nouvelle identité, celle ci appartenait à une femme que l'ont disait de moeurs étranges, fille de cardinal, chevalier d'un ordre oublié, mais avant elle avait été une autre, Angelynn... ce nom était loin de ressembler à celui que Giacomo venait de lui donner, de plus, si elle avait toujours eut l'âme guerrière, jamais elle n'eut de mari, ni même enfanté, et pire encore, elle n'avait jamais été titrée ! Loin d'elle, à présent, l'idée de se moquer, la sincérité de ce valet lui pinçait le coeur, le gardant à bonne distance tout de même, pour éviter une nouvelle étreinte, elle resta ainsi à chercher une idée... un autre sujet à évoquer, d'abord pour le dissuader de croire qu'elle pouvait avoir été celle... et puis surtout, pour se sortir de ce guêpier !

Je suis navrée que ma ressemblance, soit pour vous la souffrance évidente d'un souvenir, seulement... je suis vous assurer que je ne suis qu'une pauvre roturière, à peine chevalier, et pas en terres de France, mais dans une Italie profonde qui se tient sur piliers ! Je me nomme Lucrezia di Giovanni ! on m'appelle aussi Lou... pas jamais Ati ! Et en cela je puis vous l'assurer !

La Comtesse aurait elle aussi la même réaction ? Si cela était, sa venue risquait d'être pénible, elle venait se présenter pour offrir ses services contre quelques pièces, le gîte et le couvert, mais certainement pas pour reprendre un titre et quémander des terres qui ne lui ont pas été destinés !

Votre histoire à le don de m'effrayer quelque peu, je ne voudrais pas que la Comtesse me prenne pour elle, et puis, surtout... je ne suis rien venue chercher, qu'une place de garde au sein de son armée, pour protéger sa vie et celle de sa famille.

La louve se demandait à présent, si cela était convenable de rester, il fallait le tir, ajuster, pour éviter le pire ! Cependant, déjà le mot avait été donné, et moins respectable encore de faire marche arrière, alors puisqu'ici il fallait rester, elle attendrait cette hôte et tenter de ne pas lui déplaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giacomo di Casanova

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 10/03/2010

MessageSujet: Re: Un souvenir frappe à la porte... et ?   Mer 20 Mar 2013 - 18:17

Lou... que voilà une identité qui me frappait encore, elle ne ressemblait pas à la Lucrezia que j'avais connu, quoi que oui un peu tout de même, il était vrai qu'en se fréquentant toutes deux, elles avaient le don de se ressembler à outrance, mais pas lorsqu'on les connaissait ! Il était certain que si la Comtesse la voyait, le choc serait brutal, il fallait que l'entrevue se passe ailleurs, le mieux serait le petit salon !

Madame... je pense que oui... la Comtesse sera certainement surprise de constater que votre visage porte un autre nom que celui qu'elle lui connait, cependant, si vous le permettez, je vais la prévenir, mais avant de ce faire, je vais vous conduire dans un endroit plus discret, où son émotion se pourra traduire !

Je me lève et je m'incline, je me sentais étrange de le faire ainsi, car lorsque nous étions seuls, jamais je n'avais incliné l'échine, notre sentiment fraternel débordait en ces moments là, et ce n'était qu'en public que je reprenais cet apparence de respectable sujet devant sa maîtresse.

Si vous voulez bien me suivre... c'est par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un souvenir frappe à la porte... et ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un souvenir frappe à la porte... et ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» *Un ange frappe à votre porte xD* [Acceptés]
» Un tueur frappe à la porte ...
» [Arlequin - Récit - A faire vivre] Détresse
» Ventus, maître la Keyblade[validé]
» Alltesse frappe à votre porte !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Comté de Sainct-Omer :: Porte & Cour du Château :: La Cour-
Sauter vers: